Paris en Août

 

Les voitures se clairsèment, le rythme des badauds ralenti, les gens pressés habituellement lèvent un peu le nez, les rideaux de fer restent baissés, les pelouses se garnissent et les terrasses font le plein. Paris au mois d’août ralenti enfin son rythme et les premières chaleurs du mois incitent au far niente cher à nos amis transalpins.  La nature elle aussi semble se figer et les belles glycines fleuries reprennent des forces et se propagent en de long filaments. Les platanes qui ont résisté jouent leur rôles à fond et fournissent l’ombre protectrice aux automobilistes. L’ailante profite de cette trêve pour s’immiscer dans chaque fêlure et reprendre sa place naturelle. Les chélidoines, linaires ou autres herbes se félicitent de la mise au garage des tondeuses et autre rotofils…

Ce mois d’août est décidément bien particulier dans la capitale. Les parisiens et les banlieusards eux-mêmes semblent apprécier ce nouveau rythme, cette parenthèse bienfaisante pour explorer leur ville et visiter ce qu’ils n’ont pas le temps de faire le reste de l’année.

De mon côté, je profite de ce mois pour faire quelques repérages et prendre aussi quelques jours de congés. Inventer de nouveaux itinéraires, retrouver ces enchantements naturels cachés parmi les rues de Paris, découvrir de nouvelles histoires petites ou grandes à vous raconter, pousser de nouvelles portes cochères, prendre la tangente et marcher, toujours marcher mais… plus lentement presque inconsciemment on se prend vite à ce nouveau rythme et on se prend à rêver que les reste de l’année aussi le reste de la ville découvre les délices …de la lenteur !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *